La casemate du Chemin-Creux

Le projet de réfection

Sous l'impulsion des jeunes sierentzois Hervé Weyant, de son frère Christophe, et de Fabien Mann, trois membres actifs de l'association MMHA, la casemate dite du Chemin-Creux renaît petit à petit de ses cendres.
L'aventure a débuté au cours de l'été 2005 avec pour objectif premier de remettre en valeur et de sécuriser ce patrimoine oublié. La casemate du Chemin-Creux intègre désormais un petit sentier de découverte qui arbore également les casemates voisines de l'Haselberg et de l'Aschenbach. A terme, ce parcours pourra s'étendre jusqu'à la casemate "des Vernes" de Stetten, récemment prise en charge par une autre équipe de passionnés.

Image La casemate du Chemin-Creux en 2004, à l'état d'abandon et envahie par la forêt.
Les entrées sont à moitié ensevelies sous un remblai de terre et de gravats
La façade Est avant le début des travaux. Un créneau pour mitrailleuse remplace celui pour canon de 47mm antichar traditionnel. Image
Rappel historique

  • La casemate du Chemin-Creux, située sur le banc de Sierentz, constitue le premier ouvrage implanté sur les collines du Sundgau. Sa construction s'est étalée de 1937 à 1939. L'épaisseur du béton rentre dans la protection 3, c'est-à-dire que la dalle - ou toiture - est supérieure à 2,25m et les murs frontaux atteignent 2,75m.
  • Plan de la casemate Plan
  • l'ouvrage était attribué comme poste de commandement en 1939-1940 et était occupé par le lieutenant Pierre Dreyfus-Schmidt, également maire de Belfort, qui commandait la CM1 du I/171è RIF. (1ère compagnie de mitrailleuse du 1er Bataillon du 171ème Régiment d'Infanterie de Forteresse)
  • l'intérieur de la casemate est le seul à avoir été décoré de peintures murales. Elles représentent entre autres l'insigne de la fameuse devise Maginot « ON NE PASSE PAS », ou encore des évocations de l'hiver 1939.

Image Peiture d'une maisonnette sous la neige, à côté de laquelle il est encore possible de lire : "Joyeux Noël 1939" !
L'insigne Maginot "On ne passe pas". Nous envisageons de restaurer ces reliques. Image
Image L'insigne du 18è RST (Régiment des Sapeurs Télégraphistes) quelque peu défraîchi.
2005 : l'année de la renaissance

Durant l'année 2005, prélude de notre aventure, la majorité des travaux concernèrent l'aménagement extérieur et la fermeture de la casemate. La nécessité d'acquérir des matériels et outils adaptés se fit vite ressentir ; le maire de Sierentz, Jean-Marie Belliard, sera sensible à notre projet et signera une convention avec notre association lors de l'assemblée générale en janvier 2006 donnant droit à un soutien ficancier.

Les travaux de déblaiement des quelques m3 de terre et de gravats qui obstruaient les entrées jusqu'en 2005. Le tout à l'aide de pelles, de pioches, de brouettes et de... bras ! Image
Image Une fois les entrées dégagées, il a été nécessaire de dégripper la grille et la porte blindée. L'entrée des matériels s'est vue quant à elle, refermée selon les spécifications de l'époque, à savoir par l'empilement de rails de chemin de fer.
Le dégagement des broussailles sur le toît et les façades a permis ensuite de ré-apprécier le profil de la casemate. Image

Haut de page

2006

Il était temps en 2006 de fermer totalement la casemate, notamment au niveau de son créneau antichar. Pour ce dernier, nous avons mis en place des volets métalliques à pivot vertical.
Le moment était aussi venu de protéger la plupart des éléments métalliques à l'aide d'une peinture anti-rouille.

Image Le nouveau système de fermeture avant son installation à l'intérieur de l'ouvrage.
Les volets blindés fraîchement montés dans le grand créneau pour canon de 47mm. Image
Image La cloche GFM type B grand modèle reçoit un nouveau camouflage. Voir le résultat final sur alsacemaginot.com
Les éléments des entrées après l'application de la première couche de peinture. Image
2007

Afin de poursuivre la réfection dans de bonnes conditions, la question de l'alimentation électrique s'est posée en 2007. En attendant un hypothétique raccord au réseau EDF, nous utilisons un groupe électrogène pour l'éclairage et les travaux intérieurs. Justement les choses évoluent à l'intérieur de la casemate : chaque créneau de mitrailleuse reçoit à nouveau une trémie blindée (matériel qui a tendance à se faire rare), la porte blindée se voit dotée d'une double serrure, et le puits de la cloche est petit à petit évacué des décombres et déchets en tout genre.

L'obtention d'une débrouissailleuse nous permet dans le même temps d'entretenir l'espace extérieur. Les bordures de la toiture sont également en cours de déblaiement. L'accès au toît a d'ailleurs été facilité par la construction d'un escalier végétal.

Image L'une des trémie qui sera replacée dans le créneau de mitrailleuse Est.
Les bordures de la dalle en cours de dégagement. Image
Image La casemate telle qu'elle se présentait après les travaux.

Haut de page

© 2018 - Association Mémorial Maginot de Haute-Alsace. Tous droits réservés.